« Le liseur de 6h27 » Jean-Paul Didierlaurent

a46144

Guylain Vignolles est préposé au pilon et mène une existence maussade et solitaire, rythmée par ses allers-retours quotidiens à l’usine. Chaque matin en allant travailler, comme pour se laver des livres broyés, il lit à voix haute dans le RER de 6H27 les quelques feuillets qu’il a sauvé la veille des dents de fer de la Zerstor 500, le mastodonte mécanique dont il est le servant.
Un jour, Guylain découvre les textes d’une mystérieuse inconnue qui vont changer le cours de sa vie…

A force de voir la pub de ce livre dans le métro, j’ai eu envie de lire ce livre, qui a de plus eu de bonnes critique sur le net. Alors ça ne va pas être le cas sur ce blog, car je ne retiendrais de cette lecture que l’ennui qu’elle m’a apporté. Dieu merci, c’est un livre qui se lit très vite. J’ai du mal à voir comment on a pu miser sur ce livre au point de faire une campagne de pub pour en faire un bestseller, car elle me parait complétement fade. J’ai l’impression, à la fin de ma lecture, que l’auteur a souhaité écrire plusieurs histoires, mais comme il savait pas trop lequel choisir a décidé de tout écrire dans un seul livre, mais vu que c’est une histoire très courte, les différentes parties sont mal introduites.

Pour commencer on a la vie morne et ennuyeuse de Guylain Vignolles, qui a mal vécu son enfance à cause de son nom, un pavé complétement insipide qui m’a faillit faire abandonner la lecture. L’histoire commence à être un peu intéressante lorsqu’il se met à parler de la Zerstor 5000, une machine destinée à détruire des livres non commercialisable (livres avec des défauts d’impressions, trop usagés, …). Il y a un coté tragique de voir que le personnage principal n’arrive pas à accepter le cœur de son métier, soit opérateur de cette machine infernale.  La façon qu’a le narrateur de considérer cette machine tueuse d’œuvres culturel ajoute un coté fantastique et plaisant mais très vite balayé par les pensées sans relief du narrateur qui déteste son job et qui parle à son poisson rouge. A coté celui-ci lit des pages dans le métro à haute voix, initiative qui semble apprécié puisque deux vieilles dames lui demande de devenir liseur dans leur maison de retraite. Ensuite, celui-ci trouve une clé USB d’une femme, et nous voila dans les pensées de cette femme, puisque sur cette clef sur trouve son journal intime. Il se trouve que cette femme est dame pipi dans un centre commercial, et y couche ses pensées du style quel client est relou, lequel dégueulasse les toilettes qu’elle a en charge…

Pleins d’histoires, et pleins de styles d’écriture également. Globalement, j’ai pas du tout accroché à son style d’écriture, assez vieillot, sans touche de fraicheur, sans humour… mais toujours très moralisateur. On a un personnage qui décide de ne parler qu’en alexandrin, ce qui donne un changement de style assez maladroit, avant de terminer sur le journal intime de la mystérieuse inconnue dans un style brusquement chick lit. Bref, pas assez d’unité dans ce livre. Cela aurait pu passer si ce livre était un livre humoristique, mais la pas du tout. On est censé lire ce livre au premier degré ou pas? Parce que vu les bonnes critique de ce livre, je dois sans doute être passée à coté de quelque chose.

J’ai cru comprendre que l’auteur a comme genre de prédilection la nouvelle, cela s’est donc clairement ressenti dans ce roman qui mériterait d’être au moins séparés en deux romans distincts, et avec un développement moins superficiel. Ce livre ne restera donc pas dans ma mémoire, j’ai une impression de perte de temps, et je n’ai pas du tout accroché.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s