« Génération A » Douglas Coupland

1507-1

Alors que les abeilles disparaissent de notre terre, cinq personnes se font piquer au même moment en cinq endroits du monde: cette expérience partagée va les réunir au delà de ce qu’ils auraient jamais imaginé…
Plus de vingt ans après, Coupland répond ici à « Génération X » et devance une fois de plus, avec humour et profondeur, l’esprit d’une génération et de son temps.

Pour avoir lu Generation X (Il y a un bon moment quand même, j’avoue), j’ai retrouvé qu’un écho très lointain entre les deux œuvres (Ou alors toute l’œuvre de Douglas Coupland est un écho de Generation X (bref). L’intrigue principale qui est la disparition des abeilles semble être un prétexte encore une fois pour Douglas Coupland de brosser le portrait de notre société malade de l’individualisme et la solitude alors que les moyens de communications n’ont jamais été aussi diversifié.

Cela fait bizarre de voir l’auteur écrire un livre avec une intrigue (en général celui ci étant plutôt entrain d’écrire des tranches de vie), mais l’intrigue passe très vite au second plan.

Si dans la première partie du livre, nous avons la présentation de tous les protagonistes dans tous les coins de la planète, ce qui donne un savoureux mélange de n’importe quoi et des personnages hauts en couleur et toujours pathétique (un agriculteur américain beau gosse qui tond son champ en forme de pénis en étant à poil et en se filmant pour assouvir les besoins d’un riche singapourien, au français accro aux jeux vidéos qui vient de voir son personnage de world of warcraft disparaitre),  je me suis très vite ennuyée dans la seconde partie du livre (ce qui est la première fois pour un roman de Douglas Coupland!) ou les personnages se rencontrent sur une ile dans le cadre d’une expérience scientifique qui viserait à faire revenir les abeilles.

Si l’écriture est toujours très bien faite, j’ai trouvé le style de l’auteur s’essouffler, le roman étant pour moi un cran en dessous de ses autres romans. La cause à trop de digressions sous formes de nouvelles peu intéressantes et cassant la trame initiale. La déception étant pour moi la fin de l’histoire, avec une conclusion assez… déroutante, bien que toujours à l’image du roman: folle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s