« L’assassin qui rêvait d’une place au paradis » Jonas Jonasson

9782258133532

Li-ber-té ! Après trente ans de prison, Johann Andersson, plus connu sous le nom de Dédé le Meurtrier, est enfin libre. Mais ses vieux démons le rattrapent vite : il s’associe à Per Persson (réceptionniste sans domicile fixe) et à Johanna Kjellander (pasteure défroquée) pour monter une agence de punitions corporelles. Des criminels ont besoin d’un homme de main ? Dédé accourt ! Moyennant une large commission. Alors, le jour où il découvre la Bible et renonce à la violence, mettant en péril la viabilité de l’entreprise, Per et Johanna décident de prendre les choses en main. Game over Dédé !

Grande fan de l’auteur suédois qu’est Jonas Jonasson, je commence donc à connaitre la mécanique de l’auteur pour ses romans. Mecanique qui ne change pas d’un poil. Prenez une situation, modifiez la à 180 degré, et vous obtenez un roman de Jonas Jonasson.

L’histoire est donc celui de Dédé le meurtrier, un homme sanguin et peu fréquentable, ayant passé sa vie en prison pour avoir tué des hommes, qui gagne sa vie frappant les gens, qui décide, après la rencontre d’un pasteur qui ne croit pas en Dieu, de laisser tomber pour devenir un homme pieux, chose qui n’arrange ni le pasteur, qui était en quelque sorte son manager, ni le réceptionniste, qui était en quelque chose le directeur marketing du meurtrier.

Il devait donc l’éloigner de Dieu, du Christ et de la Bible, ce trio qui avait une si mauvaise influence sur lui, pour le ramener à sa trinité habituelle : la bibine, le bistrot et la bringue.

Un livre hilarant, je n’ai pas arrêté de rire en le lisant. Parce que Jonas Jonasson a le don d’imaginer des personnages haut en couleur, pas forcement gâté par la vie, qui essayent de s’en sortir, en créant des situations barges, par des réflexions complètement absurde. Je l’ai trouvé un petit coté Artemis Fowl, pour ceux qui connaissent.

Même s’il écope de la note de « Très bien » dans mon système de notation totalement subjectif, je trouve que la mécanique commence à s’user, et que l’auteur semble transposer systématiquement le même scénario dans tous ses livres, scénario qui pourrait lasser les fans de l’auteur. Cela ne signifie absolument pas que le livre n’est pas à lire, au contraire! Mais juste une petite impression qu’en ayant lu un lire de cet auteur, on connait finalement tout son oeuvre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s