« Anita Blake, Tome 9 : Papillon d’Obsidienne » Laurell K. Hamilton

anita-blake-tome-9-papillon-d-obsidienne-8724-264-432Depuis que mon métier d’exécutrice de vampires m’amène à me colleter avec des méchants de tout poil, Edward est un peu mon Batman : il débarque en ville, il me sauve la mise et il disparaît. Le reste du temps, c’est un assassin si froid et si dangereux qu’on l’a surnommé La Mort. Mais j’ai une dette envers lui. Et quand il m’appelle en renfort dans une mystérieuse affaire de meurtres en série, me voilà dans le premier avion pour le Nouveau-Mexique. Où je ne tarde pas à découvrir que mon adversaire de la semaine est peut-être un dieu d’un panthéon oublié… rien que ça ! Mais le plus étonnant, c’est quand même d’apprendre qu’Edward est sur le point de se marier !…

Oui, je me suis rendue compte que poster un avis sur chaque tome n’était pas nécessairement pertinent, bien que l’intégralité de mes articles ne l’est guère plus. Mais si je poste un avis sur ce tome, c’est parce que ça commence réellement à bouger pour notre chasseuse de vampire préférée.

Pour commencer, les précédents tomes tournaient beaucoup au tour du trio (ou triumvirat) Anita/Jean-Claude/Richard, mais nous avons ici un tome centré sur Anita et un des personnages secondaires (mais néanmoins important), Edward. Edward est un chasseur de prime de créature surnaturel, ayant beaucoup plus d’expérience et beaucoup plus de compétences (d’un point de vue technique) qu’Anita. Il ne serait pas faux de penser qu’elle est ce qu’elle est devenue une partie à cause de lui.

On ne sait que très peu de chose à son propos, et pour cause il met tout en œuvre pour reste secret. On ne sait donc même pas son vrai prénom! Mais suite à une affaire, celui-ci est forcé de faire appel à Anita, et nous découvrons une facette de lui: ce qu’il aurait pu être, s’il n’était pas devenu un tueur sanguinaire et sans cœur. En effet, celui-ci s’amuse à se créer une identité de mec tout a fait normal alias Théodore, un garçon un peu simplet avec femme et enfants. Imaginez donc le choc d’Anita lorsqu’elle voit ça, alors qu’elle a toujours vu le coté assassin froid et meurtrier!

Je ne vais pas mentir, le coté beau brun ténébreux (alias Jean Claude) m’a beaucoup manqué. Son charme, son charisme, et ses magouilles sont des choses qui me fascinent. Mais cela prouve bien que la vie d’Anita ne tourne pas autour de Jean-Claude, ou de Richard.

Un tome que j’ai tout de même beaucoup apprécie, puisqu’on découvre une Anita qui se remet de plus en plus en question, et qui frôle la mort, sans compter une partie enfouie très profondément de l’humanité d’Edward.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s