« Anita Blake, Tome 11 : Péchés Céruléens » Laurell K. Hamilton

anita-blake-tome-11-peches-ceruleens-49014-264-432C’est ce qui s’appelle tomber de haut. Autrefois, j’étais l’ennemie jurée des vampires, mon nom suffisait à faire trembler les monstres. Aujourd’hui, je suis la maîtresse de Jean-Claude, le vampire Maître de la Ville, et celle de Micah, le léopard-garou. Maintenant, je suis dévorée par les appétits vampiriques et la faim primitive des métamorphes ! Avouez que ma vie amoureuse est devenue un peu compliquée… Mais pour l’heure, Jean-Claude a besoin de moi. La créatrice de sa lignée a envoyé à Saint Louis une de ses servantes les plus puissantes et les plus cruelles. Tout le monde est sur la défensive, mais je ne vais pas me laisser faire. Pour sauver ceux que j’aime, je suis prête à aller très loin…

Il faut appeler un chat un chat. Et donc un harem un harem. Déjà que notre Anita était bien accompagnée, sa transformation en tant que métamorphe lui confère un pouvoir à double tranchant, qui est l’ardeur. Etant la servante humaine de Jean-Claude, elle a hérité de son ardeur, qui consiste à avoir une envie irrépressible de sexe ou de sang. Quel hasard, beaucoup d’hommes se portent volontaire. Nous avons donc la pomme de sang attitrée qui est Nathaniel, mais suite aux assauts insatiable d’Anita, il se retrouvera à bout de force, mais qu’importe, Micah, le roi des léopards se porte disponible, ce qui arrangera les affaires de notre exécutrice puisque nous avons le plaisir de savoir que Micah est très bien membré. Cependant que faire quand Ni Micah ni Nathaniel n’est disponible? Ne vous inquiétez pas, Jason accepte de se sacrifier pour l’intérêt général…

Bref officiellement Anita sort avec Jean-Claude. C’est un peu en stand by avec Richard. Mais cela ne fait que commencer avec Asher. Je pense donc que le mot harem n’est pas trop fort pour décrire la troupe de mâle tous beau gosse et bien membré dont est constitué son entourage.

Quand l’intrigue ne vire pas à la partouze, on arrive à peu prêt à comprendre ou en sont les personnages. Dolph, policier et un des amis d’Anita commence à la rejeter sérieusement à cause de ses problèmes personnels. Cela donne une épaisseur qu’on ne soupçonnerait pas à notre inspecteur, pour notre plus grand plaisir, puisqu’il commence franchement à osciller vers le coté obscure, qui est l’extrémisme. Cela donne donc un bon dilemme moral à ce livre. Ensuite nous avons quelques éclaircissement concernant la vie de Jean-Claude et d’Asher, puisque Belle morte, l’ascendante de Richard souhaite lui faire du mal. Cela nous permet de voir que ni Jean-Claude, ni Asher sont si redoutable, au contraire. Je voyais ces deux vampires comme deux êtres doué d’une contenance à tout épreuve, ce n’est donc pas toujours le cas.

Mais pour moi, les deux évolutions les plus importantes en terme de personnage sont celles d’Asher, puisqu’il se révèle comme jamais à Jean-Claude et Anita, donnant accès à ses plus grandes faiblesses, et ses plus grandes souffrances, et bien sur l’évolution du personnage de Richard, qui devient franchement méprisant. Je suis vraiment fatigué de l’entendre se larmoyer, et d’en vouloir à Anita de réussir à assumer ce qu’elle est, tandis que lui n’en est pas capable. Quel égoïsme!

Un tome un peu particulier à mon sens, puisque je trouve que c’est dans ce tome ou il y a le plus de changement d’un point de vue évolution de personnage, évolutions qui sont nécessaire à la saga pour ne pas tourner en rond, mais qui bouscule la lectrice que je suis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s