« La Sénilité de Vladimir P. », Michael Honig

9782258135048Dans un futur proche, reclus dans une luxueuse datcha de la campagne moscovite, l’octogénaire Vladimir P. délire, s’imaginant encore président. Le vieil homme entretient de longues conversations avec ses ex-complices : les oligarques qui l’ont porté au pouvoir et les anciens du KGB.
Entouré vingt-quatre heures sur vingt-quatre par une kyrielle de domes­tiques tous plus corrompus les uns que les autres, Vladimir pourrait bien finir sur la paille. Seul Nikolaï Ilitch Cheremetiev, son infirmier, ne profite pas de lui. Mais le monde du brave homme s’écroule lorsque son neveu Pavel est jeté en prison pour avoir critiqué le régime. Si sa famille ne paie pas l’énorme caution demandée contre sa libération, le sort du garçon est scellé. Inspiré par l’ancien politicien qui, entre deux crises hallucinatoires, revit ses moments de gloire, Nikolaï se lance dans l’art du chantage et de la magouille.

Présenté comme un livre humoristique et idolâtrant que trop bien ce genre de littérature, j’ai sauté sur le livre quand j’ai vu qu’il parlait d’un des hommes les plus charismatique du monde, j’ai nommé Vladimir Poutine (j’adore les fictions politique !).

C’est l’histoire d’un homme, Cheremetiev, intègre infirmier qui, suite à l’emprisonnement de son neveu qui a écrit sur son blog un article à charge contre le pouvoir en place, doit trouver 300 000 dollars américain pour soudoyer un juge corrompu jusqu’à la moelle.

Nous assistons donc dans ce roman à une prise de conscience de ce qu’est la Russie de Vladimir P., un pays ou chaque entité ou individu cherche à s’enrichir sur le dos des autres, cela passe donc par le vol, la violence, la mafia, la corruption… dans le monde ou tout est beau et gentil, il s’agit d’un choc pour Cheremetiev. Plus il prend conscience de cet état de fait, plus il pense qu’il pourra lui aussi s’y mettre afin de faire sortir son neveu Pavel. Mais n’est pas un malhonnête qui veut… Nous assistons donc à toutes les merdes qui arrivent à cet infirmier, qui en cherchant désespérément à trouver l’argent du pot de vin se fait escroquer encore et davantage.

Alors je fais commencer mon avis en disant que je n’ai absolument pas ri dans ce roman. Si certaines situations sont bien comiques dans ce roman, cela arrive très peu et à davantage un rapport avec la sénilité de Vladimir Poutine qu’à notre protagoniste. Non, dans ce roman notre pauvre homme ne fait que subir à un tel point que ce roman m’a beaucoup (trop) attristé pour un roman comique. Véritable critique de la politique de Poutine, ce roman me donne l’envie de me pencher davantage sur la politique russe en place.

Un roman que j’aurais pu adorer donc, mais lire un livre dont la portée comique repose sur le pathetisme de son personnage principal n’est pas une de mes passions. Pourtant j’ai vraiment été captivé par ce roman, prenant et rythmé. Une lecture en demi-teinte donc, qui fait que ce roman passe à côté du coup de cœur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s