« Dans une coque de noix », Ian McEwan

640_mcewan_ian_couv_avec_jaquette_dans_une_coque_de_noix«À l’étroit dans le ventre de ma mère, alors qu’il ne reste plus que quelques semaines avant mon entrée dans le monde, je veille. J’entends tout. Un complot se trame contre mon père. Ma mère et son amant veulent se débarrasser de lui. La belle, si belle Trudy préfère à mon père, John, poète talentueux en mal de reconnaissance et qui pourtant l’aime à la folie, cet ignare de Claude. Et voilà que j’apprends que Claude n’est autre que mon oncle : le frère de mon père. Un crime passionnel doublé d’un fratricide qui me fera peut-être voir le jour en prison, orphelin pour toujours! Je dois les en empêcher.»

Il y a quelque chose de pourri au royaume d’Angleterre du XXIe siècle… Après L’intérêt de l’enfant, Ian McEwan n’en finit pas de surprendre et compose ici, dans un bref roman à l’intensité remarquable, une brillante réécriture d’Hamlet in utero.

Il faut commencer cet article en précisant que je ne connais absolument pas Hamlet de Shakespeare. Non seulement je ne l’ai pas lu, mais en plus je ne sais même pas de quoi cela parle. Pour autant, ayant déjà lue et appréciée des livres d’Ian McEwan, je me suis laissé tenter par ce livre, ou nous nous mettons à la place d’un fœtus.

 

Exit le cliché du fœtus qui n’aurais conscience de rien, au contraire, je pense bien qu’il en sait davantage que tous les adultes de l’histoire. Ce fœtus, privé de vue ne peut que deviner. Supposer. Écouter. A force d’écoute, il comprend que quelque chose d’horrible va se préparer. Il va se faire abandonner par sa mère. Sa mère va tuer son père. Son père, poète amoureux qui essaye de reconquérir sa mère à coup de poème, sous les yeux de son frère… qui se tape sa femme et qui complote avec elle pour se débarrasser de lui. Bref, pour sa venue au monde, il existe plus serein comme situation, vous ne trouvez pas ? Le fœtus sans nom va essayer d’œuvrer à sa manière pour éviter un désastre, mais il se trouve que les personnages sont voués à filer vers le désastre.

 

Si l’histoire en elle-même est intéressante, c’est un peu moins le cas de la narration. A force de faire des référence aux initiés, je pense être passé à côté de pas mal de chose, ce qui donne aux gens comme moi une narration pompeuse, et sans rythme. Heureusement que le récit est court, ce qui fait que la lecture est supportable, mais il se trouve que dans mon cas il s’agit d’une déception.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s