« Calendar Girl, Tome 1 : Janvier », Audrey Carlan

Mia vit seule avec son père et sa petite soeur à Las Vegas. Elle veut devenir comédienne. Depuis le départ de sa mère, son père boit et joue. Il emprunte 1 million de $ qu’il perd et ne peut rembourser. Le prêteur sur gages l’expédie dans le coma. Mia doit assumer la dette de son père sous peine que sa petite soeur et elle subissent le même sort.

Elle deviendra escort. Un contrat mensuel de 100 000 $.

12 hommes, 12 villes, 12 rencontres, 12 livres… des scénarios qui se croisent, se recroisent et se décroisent.

 

Parce que j’ai toujours un temps de retard sur les « tendances » littéraire (et les tendances tout court), je m’y mets que maintenant! Quel ne fut pas ma surprise, en janvier de voir sur les panneaux publicitaires du métro parisien des affiches de ce roman « aguicheur ». Mais fuyant tout ce qui est agguicheur, je ne me suis pas vraiment intéressée à cette série. Cependant, l’été arrivant, j’ai beaucoup plus de mal à me mettre à des lectures longues ou prise de tête, je me suis mise en tête de tester cette série…

Nous commençons par une fille banale, bien que plus belle que la moyenne, et qui a besoin d’argent. Elle rêve d’être actrice, et elle jure comme un charretier, son mode d’expression consistant à insulter affectueusement ses proches. J’ai eu un peu de mal avec le début, mais le roman étant un roman très court, on rentre très rapidement dans le vif du sujet. Elle connaît le moyen de rembourser la dette de son père, et ce moment est d’être escort girl de luxe. Elle est très vite propulsé sur sa première mission, celle de tenir compagnie à un réalisateur de blockbuster. Moi qui pensais que la mission serait désagréable au possible, en faite non. Il se trouve même qu’il est très charmant… et un dieu grec au lit.

La lecture a été très fluide, j’ai du le terminer en une heure à peu près. L’histoire nous transporte dans de nombreuses émotions, que ce soit la joie, la tristesse, la jalousie, et même l’amour? Ca je vous le laisse découvrir. Malheureusement sa mission arrive à son terme. Et c’est la que Mia découvre que sa mission n’est pas aussi facile que ça, car fatalement quand on a sous les yeux la huitième merveille du monde, on s’attache quand même un peu…

 

Une lecture pas du tout prise de tête, au contraire. Ce n’est pas un livre qui restera dans mes souvenirs bien sur, mais je vais continuer cette série, elle est plutôt sympa 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s