« Calendar Girl, Tome 8 : Aout », Audrey Carlan

Mia a toujours été très douée pour prétendre être quelqu’un qu’elle n’est pas, et cette faculté va bien lui servir pour sa prochaine mission.

Cette fois, c’est au Texas que Mia se retrouve, auprès d’un magnat du pétrole, Maxwell Cunningham. Son père est décédé récemment et a laissé une bombe dans son testament. Il a légué 49% de sa fortune à une jeune femme, la soeur de Maxwell, dont il ce dernier n’a jamais entendu parler et qui répond au nom de… Mia Saunders. Il est précisé que Maxwell a un an pour retrouver cette soeur, ou il perdra son empire au profit d’un groupe d’investisseurs peu scrupuleux. Or, il a trouvé Mia…

Mia arrive donc dans cette famille de cow-boys, prétendant être quelqu’un qu’elle n’est pas et roulant dans la farine tous les gros bonnets qui tournent autour de la fortune de Maxwell.

Elle va s’attacher plus que de raison à cette famille sympathique, qui l’accueille à bras ouverts. Elle aura du mal à repartir…

Un mois riche en rebondissement étonnants.

Nouvelles aventures pour notre péripatéticienne (escort girl) préférée, qui est amenée pour le mois d’août à servir de sœur pour un riche héritier. En effet, il se trouve, que le nom, ainsi que la date de naissance de Mia ont été cité dans un document testamentaire, et que tant qu’on n’a pas trouvé la vrai Mia Saunders, elle devra faire semblant de l’être, afin d’éviter que l’héritage tombe dans les mains des adversaires dudit client.

Un tome en dessous que de ce que l’auteur nous a habitué, non pas parce qu’il n’y a pas de scène de sexe avec le client, mais … parce que c’était trop habitué, trop prévisible, OUI MIA A UN FRERE CACHE, m’enfin, s’ils se ressemblent comme deux gouttes d’eau, si son nom et sa date de naissance est cité, faudrait peut-être se poser des questions non ? Et bien pas notre péripatéticienne, qui ne se pose aucune question. Heureusement que le tome n’est pas long, parce que j’ai trouvé ce tome vraiment bof.

Et oui, Mia est vraiment l’héritière d’une fortune colossale ! Mais la question à cent dollars, va-t-elle continuer à exercer ce job pour rembourser le prêt que son père a contracté auprès d’un préteur sur gage, ou va-t-elle utiliser sa fortune colossale pour le faire ?

Réponse dans le tome suivant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s