« Dark and Dangerous Love – Tome 3 » , Molly Night

L’amour sera-t-il responsable de la destruction du monde ? Evelyn Blackburn, notre héroïne humaine, après avoir lutté contre la volonté du roi vampire Atticus, a en quelque sorte accepté son sort : elle sera l’épouse d’Atticus. Même si elle n’est toujours pas amoureuse de lui, au fil du temps elle a découvert son histoire et ses qualités. S’il a fait la guerre aux humains et pris le pouvoir, c’est pour sauver la planète et tous les êtres vivants des destructions des humains, dues au développement technologique incontrôlé et à la pollution. On découvre aussi qu’Atticus est bien plus qu’un vampire, ses pouvoirs sont ceux d’un dieu : télékinésie, maîtrise des énergies, etc. La sorcière Venice, autre personnage extrêmement puissant, déclare la guerre avec l’aide des humains, entre autre Ethan, le premier amour d’Evelyn. Quant au lord Hansel, il se retrouve tiraillé entre loyauté envers son créateur, ami et roi et son amour inconditionnel pour la jeune humaine. Les sentiments que ces trois hommes ont pour Evelyn les pousseront à faire des choses radicales qui influenceront l’avenir de toutes les créatures de ce monde. L’amour guidera-t-il leurs choix ? L’histoire d’ Evelyn peut-elle bien finir ? Rien n’est moins sûr…

Je me suis vraiment lancé dans cette saga sans m’être intéressée aux à côté. Je viens donc d’apprendre qu’il s’agissait d’une trilogie, et qu’il s’agissait d’une fanfiction… sur les one direction 😊

En y réfléchissant, je trouve cela dommage de limiter cet univers à une trilogie, l’auteure effleure énormément de directions possible, politique, sociétaux, mais finalement rien ne sera abordé puisque la trilogie se finie.

Le tome en lui-même est beaucoup plus intéressant que les précédents, bien qu’il souffre toujours du même problème de personnages caricaturaux. Pourtant les personnages seront plus supportables, serait-ce dû au fait qu’Evelyn ait arrêté de pleurer toutes les deux secondes ?

Je n’ai pas grand-chose à dire, excepté que le fait que n’étant pas au fait que la série se terminait, la fin m’a surprise, autant pas son dénouement que le fait que ce soit la fin.

Une saga divertissante mais qui ne restera pas dans les mémoires.

Publicités

« Dark and Dangerous Love – Tome 2 « , Molly Night

L’amour les sauvera-il des Ténèbres ?
Après son évasion manquée, Evelyn est de retour au palais royal, résignée à vivre aux côtés d’Atticus, le plus puissant des vampires. En apprenant à mieux le connaître, elle découvre un être complexe et captivant dont la sombre histoire la touche sincèrement…
Le sort d’Ethan paraît, lui, scellé. Enfermé dans les geôles du Roi sous la surveillance du cynique Jonah, le jeune humain semble pourtant avoir un rôle à jouer dans les plans de Venise, la puissante sorcière aux cheveux blancs, pour renverser le dangereux et incontrôlable Atticus. Quant à Hansel, ses sentiments pour Evelyn l’ont conduit à trahir son Roi, ami et créateur. Déchu de son rang, le Lord aura à répondre de ses actes. Démunie, sans le soutien de Hansel, Evelyn Blackburn devra affronter l’avenir et faire des choix qui auront des conséquences pour tous les êtres vivants, humains comme vampires. La compassion de la jeune humaine suffira-t-elle changer le cours de l’histoire et sauver la Terre des Ténèbres ?

 

J’étais mitigée lors de la fin du premier tome, car si la lecture se fait très facilement, les incohérences et la caricature de tout est noir tout est blanc étaient agaçantes. Second tome de Dark and Dangerous Love, les principaux protagonistes ne sont pas plus supportables. J’aurai aimé un changement significatif sur eux (moins caricatural en fait), mais ce n’est pas le cas.

L’intrigue est toujours intéressante, une progression plus nette se fait. L’introduction qu’à servi le premier tome est fini, nous entrons dans le dur. Bien que l’attraction sexuelle (je refuse de parler de romance) soit en premier plan, l’idée d’une mythologie vampirique, d’une résistance humaine et surnaturelle contre les vampires est plaisante à frôler.

Parce que Evelyn se rend compte qu’elle ne va pouvoir vivre sa vie, elle va essayer de contenir ses émotions, pour pouvoir faire fléchir les positions de celui qui a jeté son dévolu sur elle. De son coté, il semble concéder à quelques efforts, qui seront malheureusement systématiquement sabordé par des paroles et des actes irréfléchies.

Pour conclure, le second tome est légèrement mieux, car l’intrigue avance un peu plus, mais malheureusement les personnages sont toujours aussi ridicules.

 

« Dark and Dangerous Love, Tome 1 », Molly Night

9782755637199

Les âmes soeurs sont-elles immortelles ?

2 438. La Terre est dominée par les vampires et les humains ne sont rien d’autre qu’objets de plaisir et nourriture pour les immortels. Le plus vieux et le plus puissant d’entre eux, Atticus, est le roi de ce nouvel ordre mondial.

Issue d’une famille de notables humains, Evelyn Blackburn souhaitait une vie simple auprès de l’homme qu’elle aime, Ethan. Malheureusement le destin en décide autrement. Pourtant réputé sans coeur ni compassion, le souverain Atticus tombe fou amoureux de cette jeune humaine et exige qu’elle vienne vivre avec lui au palais. À 18 ans, Evelyn devra quitter sa famille et ses amis pour vivre aux côtés du roi. Éprise de liberté et rebutée par les vampires, elle a bien du mal à accepter ce qui lui est imposé.

Comment échapper à la créature la plus puissante sur Terre ? Evelyn trouvera un soutien inattendu en la personne de Lord Hansel, vampire aux yeux verts, qui s’avère être l’un des plus proches amis du roi Atticus.

Au 21ieme siècle, parce que la troisième guerre mondiale est imminente, un collectif de vampire décide de se révéler au grand jour, et de prendre le pouvoir pour réorganiser la vie des hommes. Au 25ieme siècle, les vampires n’ont pas rendu le pouvoir, au contraire. Une monarchie s’est installé autour d’Atticus, roi des vampires, et les hommes sont relégués comme des sujets de seconde zone.

Nous suivons les aventures d’Evelyn, adolescente humaine élevé dans la haine des vampires, qui va attirer l’attention du roi, qui voit en elle une promesse de rédemption, et souhaite faire d’elle sa reine. Le problème est que ses sentiments amoureux sont loin d’être partagés, au contraire. Mais comment résister à l’homme le plus puissant de la terre ?

J’ai une double appréciation sur ce premier opus de Dark and Dangerous Love. J’ai terminé cette lecture hier, après l’avoir commencé hier. Je dois donc reconnaître une chose, la lecture est très simple et pas prise de tête. Je dirai même qu’elle est addictive. On se laisse transporter par l’univers, pleine de promesse en rebondissement, et de piste de développement à explorer pour ses personnages.

Cependant un jour plus tard, je me rends compte que je viens sérieusement de lire un livre pareil ? Car si sa lecture transporte, les personnages sont tous plus antipathique les uns que les autres, et l’intrigue est mal ficelé.

Laissez-moi m’expliquer.

Il semblerait que sur un tome de plus de trois cents pages, l’intrigue n’a pas évolué, ses personnages non plus. J’ai l’impression qu’au contraire elle fait guise d’introduction. Mais dans ce cas, comment l’auteur peut-elle pondre plus de trois cents pages ? Par des répétitions incessantes. L’une en répétant sans cesse à quel point sa vie est merdique depuis que le roi et rentré dans sa vie, et l’autre à quel point il aime cette adolescente.

Le personnage principal d’Evelyn est probablement l’adolescente la moins évoluée de la terre, la plus capricieuse, et enfin la plus pleurnicharde. Elle n’a à priori rien de spécial, et aspire juste à faire sa vie auprès des humains, loin de tout individu vampirique.

Atticus est le roi de cette nation vampire, puissant, beau, et craint par ses sujets. Sans pitié, il ne tolère le refus, et a recours à l’exécution de masse. Le problème est le côté très limité de cette personne, tant par son intelligence que par sa profondeur, bien que l’auteure s’attache à répéter l’inverse. Sa tendance à céder à ses pulsions, et à ses envies premières fait de ce haut personnage un gamin capricieux à mes yeux.

Le tout fait de ce livre un roman pas suffisamment calibré pour en faire un roman constant (à moins d’une sérieuse réécriture) et de qualité. Mais pour donner suite à mon coup de cœur initial, je me suis procuré les tomes suivants, ce qui fait que je reviendrai vous parler de cette série, qui je l’espère corrigera ses premiers défauts.

« Anita Blake, Tome 25 : Mort Écarlate », Laurell K. Hamilton

anita-blake,-tome-25---mort--carlate-963363L’amour déplace les montagnes, mais la haine fonctionne aussi.

Damian est le serviteur d’Anita, mais c’est aussi son amant et son ami. Aussi, lorsque la vampire qui l’a créé le soumet aux pires tortures, Anita est prête à tout pour le sauver, y compris embarquer pour la terre la plus inhospitalière qui soit pour une nécromancienne et un vampire : l’Irlande. L’une des plus grandes maîtresses vampires de l’Histoire, son ennemie a fait trembler l’humanité sous les noms de Moroven, Nemhain ou M’Lady. Heureusement, Anita a son propre atout à jouer : à ses côtés se trouve Edward, l’homme que l’on surnomme la Mort…


 

Pour commencer, le résumé n’est pas vraiment fidèle à l’histoire, mais soit. En lisant ce livre, je me demandais si l’auteure était payée au nombre de mot, car j’ai trouvé une grosse partie du livre dispensable. En effet, l’auteure essaye de donner (du moins j’espère que c’était pour ce but) de la profondeur de en ses personnages en leur faisant tenir des conversation de psychologie, mais c’était passé complètement à coté: psychologue de comptoir, je la trouve bien plus convaincante quand elle fait abstraction de ces discutions sur le à quel point la communication est importante dans un couple (ou un harem).

 

Parce qu’Anita Blake est Anita Blake, ses pouvoirs ne cessent de grandir et elle est apparemment indispensable à tous les personnages de l’histoire: Si Damian va mal, c’est parce qu’Anita a du mal à passer du temps avec lui: en effet, elle n’est pas du tout attiré par cet homme, et du coup ne le fréquente pas plus que nécessaire. Heureusement que l’autre membre du triumvirat va intervenir et le rendre complètement bisexuel (oui, mon résumé est à tirer par les cheveux, mais c’est exactement ce qui se passe O_o).

En parallèle, il se trouve que sur l’Île d’Émeraude, de nombreux crimes sont perpétrés et sont probablement l’oeuvre d’un vampire. Il s’agit donc pour ce tome de faire connaissance avec Ma Dame, la créatrice de Damian, qui va donc sans le vouloir se retrouver à aider Anita sur ces crimes.

Sachant que l’Irlande est l’île la plus magique de la terre, je trouvais que le potentiel de ce livre était infinie: nouveau « bestiaire », nouvelle magie mettant Anita en difficulté, il n’en n’est rien puisque Anita est trop une super héroïne auquel rien ne résiste.

J’ai trouvé ce tome pas mal (selon l’échelle Hamilton, donc mes exigences sont bien à la baisse), qui est dans la continuité des tomes précédents. Je trouve cependant bien dommage de ne pas pouvoir mes personnages chouchou plus présent que ça: Jean Claude, Asher, Edward… tout est beaucoup trop centré sur Anita, Nathaniel, Nicky, et Damian.

 

« Queen Betsy, Tome 15 : Vampire et Increvable », MaryJanice Davidson

queen-betsy,-tome-15---vampire-et-increvable-867725

Le final éblouissant des aventures de la reine des vampires en talons hauts !

Laura, demi-sœur de Betsy et Antéchrist frustrée à ses heures perdues, a révélé l’existence des vampires au monde entier. Pour les non-morts, la vie ne sera plus jamais la même. Betsy a beau tenter de limiter les dégâts, son interview ne fait que jeter de l’huile sur le feu. Les projecteurs sont braqués sur le monde surnaturel, et les loups-garous sont sur les dents, tout sauf satisfaits des talents diplomatiques de la reine des vampires.

Avec une campagne de médiatisation à mener, le Diable dans les pattes et des sirènes qui attendent la chute de l’histoire, Betsy est en position critique. Mais s’il existe une personne capable de s’en sortir avec panache, c’est bien la reine de l’enfer.

Dernier tome des aventures de la reine des vampires et de l’enfer, Betsy est de nouveau confronté à son effronté de sœur, qui mène une campagne sans répit, qu’elle accuse être une abomination. Laura oublie juste qu’elle-même est la fille du diable… mais passons. Alors que notre reine décide qu’il est temps de rentrer dans le XXIIème en acceptant malgré elle de reconnaitre au monde entier qu’elle est effectivement la reine des vampires, il se trouve que cela ne plait toujours pas à Laura, qui décide de mettre une bombe au QG des vampires.

En parallèle, la décision de l’Elue n’est pas sans conséquence, puisque ses sujets (les vampires), ainsi que les autres créatures comme les sirènes et les loups garou lui rendent visite pour lui dire à quel point sa prise de parole est mal faite, et qu’il serait beaucoup plus simple de tuer le problème dans l’œuf : éradiquer les éléments perturbateurs, que sont Laura et John, le père de Betsy….

Un tome à l’image des précédentes. Je pensais que ce tome allait me faire pleurer, puisque MaryJanice est très douée pour nous faire cela. Pourtant non, on passe du rire à la stupeur, et on est toujours éblouie par la naïveté/stupidité de Betsy, plus intéressée par ses chaussures que par la politique vampirique.

Le seul problème est, bien que celui-ci n’est pas apparu brusquement dans ce tome mais était également présente dans les précédents tomes, beaucoup de flashback sous forme de copié collé de certains passages qui étaient là dans les tomes précédents, ainsi que beaucoup de répétitions contextuelles des tomes précédents (alors que sérieusement, on est déjà au courant ! et puis… qui se mettrait brusquement à lire une série en commençant par le dernier tome ? O_o). Bref, beaucoup de meublage pour pas grand-chose.

Je terminerai ma chronique en faisant une remarque globale sur la série, qui est une série fantastique et coup de cœur, que je conseillerai à toutes les fans de Chick lit. La fantasque Betsy et ses amis vont me manquer…

« Queen Betsy, Tome 14 : Vampire et Impardonnable » – MaryJanice Davidson

queen-betsy,-tome-14---vampire-et-impardonnable-734779-264-432Tandis que Betsy Taylor essaie de régner sur l’enfer, c’est sa non-vie sur Terre qui va lui poser problème. Sa demi-soeur Laura va pousser Betsy, toutes canines dehors, sous le feu des projecteurs. Et le monde est non seulement prêt à croire aux vampires mais aussi à les éliminer ! Les réseaux sociaux n’ont jamais été aussi asociaux pour la reine des vampires. Elle se retrouve submergée par les caméras, les tueurs en herbe et les emos dépressifs qui la supplient de les transformer. Tout ce que Betsy peut faire à présent c’est se montrer sous son meilleur jour – c’est de la HD ! – et rester elle-même.

Bien que j’ai lu les tomes séparant le tome 10 jusqu’à celui-ci, je n’ai pas écrit d’article leur concernant, puisque je n’avais pas grand-chose à dire. Du coup, cet article concentrera mon avis sur les tomes suivant :

  1. Vampire et désaxée, tome 11
  2. Vampire et paumée, tome 12
  3. Vampire et naïve, tome 13
  4. Vampire et impardonnable, tome 14.

Au début, je voulais faire ma chronique réunissant les tomes ci-dessus avec le tome 15, mais je me suis rendue compte que le tome 15 est la dernière, je me suis dit que sans doute j’allais pleurer de toute les larmes de mon corps, tant je serais triste de la fin de cette saga, et donc que j’aurais plein de trucs à dire dessus, et que cela méritait un article pour ce dernier tome.

Si en règle générale, j’évite de spoiler, ça sera compliqué pour cet article, du coup voici mon avertissement : ATTENTION SPOILER, vous êtes prévenus.

Tellement de choses se sont passé depuis le tome 10 ! Pour commencer, Betsy se retrouve à la tête de l’enfer, puisqu’elle a tué Satan. Si la direction aurait dû revenir à Laura, fille du Diable, ce n’est pas le cas car Laura fait tout pour se défausser de cette responsabilité, se prétendant être pure et bonne, cette tâche ingrate ne peut pas lui revenir ! et qu’importe si elle est née pour ce but. Avec une mauvaise foi impressionnante, elle refourgue cette tache à Betsy, qui n’a pas le choix puisque faut bien que quelqu’un le fasse.

La rupture entre les deux sœurs est donc consommée, si Laura n’avait pas décidé de révéler l’existence des vampires au grand jour. Betsy n’a donc pas le choix, elle est obligée de recontacter l’antéchrist pour lui demander des explications. Et si au début elle voulait étouffer l’affaire dans l’œuf, finalement elle va faire l’inverse et assumer publiquement : Oui, les vampires existent…

Quatre tomes très intéressant, mais un peu répétitif. Tellement de choses ont changé ! Les choses changent, mais pas tout : Betsy est toujours entourée de sa bande, Saint Clair son n’amoureux, Tina son amie, Jess et Dick, qui sont devenu parents entre temps, et Marc, devenu zombie depuis. Un team haut en couleur, et tellement attachante !!

Une série qui arrive presque à sa fin donc, rendez-vous dans quelques jours pour le debrief ^_^

« Queen Betsy, Tome 10 : Vampire et Dépitée », MaryJanice Davidson

81Ro7CEJNfLUne morgue ! Je me suis réveillée, toute nue, sur une table d’autopsie dans une morgue de Chicago ! Mais me retrouver emballée comme un steak avec une étiquette au gros orteil est bien le cadet de mes soucis. Car mon véritable problème est la créature qui m’a suivie depuis l’enfer pour mettre fin à mon règne. Et le pire, c’est que je ne suis pas la seule dont le destin risque d’être bouleversé ! Je dois agir très vite sinon ce sera vraiment l’enfer…

Lecture terminée, rien à signaler. Je veux dire par là, que bien que la lecture ait été divertissante, le fait que la qualité des tomes soit si inégale peut paraître frustrant. Ce tome, bien que sympa, a été un tome de meublage. Du moins c’est l’impression que j’ai eue.

Betsy, revenue de ses péripéties spatio-temporelles vit dans une réalité alternative, mais bien que la réalité est altérée, une chose ne change pas : les emmerdes avec sa sœur, l’antéchrist.

Le début du tome s’emploie à nous raconter comment Besty se réveille dans une morgue (encore une fois), comme elle s’est disputée avec sa sœur (encore une fois), et comment la vie s’acharne sur elle (encore une fois). La série, se prolongeant, perd donc de sa qualité scénaristique puisque beaucoup de scène semble être du déjà vu, mais ce qui est encore plus fort est la façon dont l’auteure arrive à combler le vide par du vide. C’est assez décevant, puisque je n’ai déjà quasi aucun souvenir de ce qui s’est passé dans ce tome. Si je raisonne façon Betsy, si je ne m’en rappelle pas, c’est que finalement c’est nul… non ?