« Blade runner / Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? », Philip K. Dick

1768_blade-runner_NLLe mouton n’était pas mal, avec sa laine et ses bêlements plus vrais que nature les voisins n’y ont vu que du feu. Mais il arrive en fin de carrière : ses circuits fatigués ne maintiendront plus longtemps l’illusion de la vie. Il va falloir le remplacer. Pas par un autre simulacre, non, par un véritable animal. Deckard en rêve, seulement ce n’est pas avec les maigres primes que lui rapporte la chasse aux androïdes qu’il parviendra à mettre assez de côté. Holden, c’est lui qui récupère toujours les boulots les plus lucratifs normal, c’est le meilleur. Mais ce coup-ci, ça n’a pas suffi. Face aux Nexus-6 de dernière génération, même Holden s’est fait avoir. Alors, quand on propose à Deckard de reprendre la mission, il serre les dents et signe. De toute façon, qu’a-t-il à perdre ?


Pour avoir en tête le livre « Le Maître du haut château », je ne m’attendais pas à une lecture si facile. Si pour « le maître du haut château » la lecture était difficile et même parfois pénible, il n’en n’est rien pour « Les androïdes rêvent-ils de mouton électrique ? ». J’ai été, dès les premières pages, complètement happé par le récit.

Rick Deckart a un mouton électrique. Son rêve suprême est d’avoir un vrai mouton, dans un monde où les animaux sont très rares et très chers, c’est compliqué. Du coup lorsqu’une opportunité de gagner de l’argent se présente à lui, il n’hésite pas. Sa mission ? Tuer six androïdes ayant assassinés leur propriétaire, puis fuit Mars et essayant de se faire passer pour des humains sur Terre.

Car le monde n’est pas celui que nous connaissons : nous sommes en 1992, et la Terre est devenue inhabitable à cause des guerres nucléaires. Pour ceux qui ne sont pas encore « dégradés » par les radiations, on vous conseille d’aller sur Mars. Et pour vous inciter, on vous offre un Androïde plus vrai qu’un humain, qui fera à votre place les tâches ingrates. Mais ces androïdes sont de plus en plus perfectionnés, et de plus en plus ressemblant aux humains… jusqu’à vouloir se faire passer pour un humain. Et c’est là qu’interviennent les blade runner, ces chasseurs d’androïdes.

Un livre qui sous une trame principale : un terrien blade runner souhaitant ardemment un animal de compagnie, dépeint une humanité complètement à l’agonie, le temps de cerveau disponible occupé par l’ami Buster et des invités, et ont comme Dieu Mercer, dont les rêves sont plus vrai que nature.

Comme tous les livres de Phillip K. Dick, j’ai été complètement soufflé par son univers, avec tant de degré de lecture.

Si ce livre ne récolte pas la note maximale, c’est peut-être à cause de son incohérence sur les androïdes qui m’a un peu gâché l’expérience de lecture. En effet, les androïdes sont des modèles en séries, la preuve avec Rachel et Priss, qui sont identiques car elles ont la même fiche technique. Dans ce cas-là, comment les androïdes peuvent-ils se faire passer pour des humains ? Ils sont censés avoir la même tête !

Mais à part cela, c’est vraiment un sans-faute, très accessible, j’ai vraiment passé un bon moment, je le conseille à tous !

Publicités

« Le maître du haut château », Philip K. Dick

515yrn4zcil-_sx307_bo1204203200_1948, fin de la Seconde Guerre mondiale et capitulation des Alliés. Vingt ans plus tard. dans les Etats-Pacifiques d’Amérique sous domination nippone, la vie a repris son cours. L’occupant a apporté avec lui sa philosophie et son art de vivre. A San Francisco, le Yi King, ou Livre des mutations, est devenu un guide spirituel pour de nombreux Américains, tel Robert Chidan, ce petit négociant en objets de collection made in USA. Certains Japonais, comme M Tagomi, dénichent chez lui d’authentiques merveilles. D’ailleurs, que pourrait-il offrir à M Baynes, venu spécialement de Suède pour conclure un contrat commercial avec lui ? Seul le Yi King le sait. Tandis qu’un autre livre, qu’on s’échange sous le manteau, fait également beaucoup parler de lui : Le poids de la sauterelle raconte un monde où les Alliés. en 1945, auraient gagné la Seconde Guerre mondiale…

Avec la sortie de la série The Man in the High Castle (développé pour Amazon), j’ai souhaité lire le roman dont est tiré l’adaptation. Enthousiaste car je suis un grand fan de la série, et parce que j’avais déjà lu Ubik il y a quelques années (que je relirais pour faire un article ici) qui était fascinant est accessible.

Le Maître du au château est une uchronie reprenant le pitch suivant : Et si l’Allemagne et le Japon avait remporté la seconde guerre mondiale ? L’histoire se passe une dizaine d’année après la fin de la seconde guerre, à San Francisco, désormais gouverné par les japonais. Un probable juif a écrit une uchronie, « Le Poids de la sauterelle« , ou il décrit un monde alternatif ou les Allemands et les Japonais auraient perdus la guerre. Censuré dans l’axe Allemand, les japonais, plus permissifs, ne cherchent à interdire ni la lecture, ni la vente de cet œuvre. Les personnages, tous plus ou moins relié à ce livre ou à ce monde alternatif, évoluent, chacun influençant un autre sans pour autant se rencontrer, n’ayant en commun que l’illusion de ce monde alternatif.

J’ai trouvé la lecture très laborieuse, car la description est très clinique, avec des phrases brèves, peu de rebondissement, et aucune possibilité pour moi de m’identifier à un personnage. Même en ayant la série en tête, j’ai eu beaucoup de mal à comprendre certaines choses, alors je n’ose imaginer mon ressenti si je n’avais pas vu la série ! Pour autant, si émotionnellement je n’ai ressenti grand-chose, j’ai trouvé la construction du scénario admirable, puisque nous lisons une uchronie dans laquelle les personnages lisent une uchronie, une mise en abîme assez marrante à mon gout. Passant du vrai au faux, du faux au vrai, la fin du roman m’a paru très obscure, ce qui fait que j’ai relire 5/6 fois la fin pour comprendre…

Un roman qui devrait être lu pour l’histoire développé, mais si je devais conseiller un des deux supports, je ne peux que vous encourager de regarder la série, plutôt que lire le livre.